Accent circonflexe

Accent circonflexe
Écrit au dessus d’un e par un poète perplexe 
Ses sentiments semblent aléatoires, 
Son sourire cache peut-être un lourd désespoir, 
Les sens en feu, 
Le corps vacille, frôle, se colle, sans désir et s’oublie 
Tout tombe, la maison, la table, la foi, le soi, le choix et l’esprit, 
Tout tombe, les objets, les vases, les organes, les idées, les paroles de la vie, 
Le noir tombe, les histoires, la ville, les yeux, le crâne, la mémoire et tout ce qui est dit, 
Tout ce qui est dit avant le mais. 

Mais.

Tout est tombé.
C’est une flaque obscure que le vent pousse vers le soir ;
Elle s’enfuit, elle court ; le train du désespoir
N’attend que les impatients.
Il fut un temps où les lettres entre elles se parlaient
Mais dans ce mouroir qu’en est-il désormais ?
Dans sa main une plume sans corps,
Le poète a sombré avec ses accents morts.

Poème co-écrit avec le poète marocain Khalid El Morabethi, posté sur Mona de B. le 28 août 2015

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s