Cicatrice, de Mohammed Taya

 

Des yeux noirs, vides d’espoir ;

Crie sa face à un monde lâche

Mais personne ne relâche

La détente des mitrailleuses

Du haut du ciel personne ne veut voir

La cicatrice sur un visage d’ange,

Faite par les éclats qui creusent

Dans leur chaire des sillons étranges

Rêves rompus, jeunesse ratée,

Le ciel a perdu sa clarté ;

Peu importe les mères qui pleurent

La folie, mais qui n’ont plus peur !

Regarde bien cette balafre,

C’est le fruit de tes affres ;

Cœur meurtri, corps mutilés

Sur moi tu te venges de ta vieillesse

Du temps qui te rattrape,

Tire à bout portant, fusille, massacre,

Je grandis malgré toi, malgré les souffrances ;

Je me suis fait de ne plus vivre mon enfance,

A coup de crosse tu me frappes,

De moi ton esclave tu fais,

Sur moi tu assouvis tes désirs démoniaques,

Je grandirais, et ma vengeance sera UN PARDON

Qui te poursuivra jusque dans ta tombe,

Je vivrais mes lendemains comme une colombe

Je volerais haut et fier, beau comme un ange,

Je vivrai avec le souvenir de mon enfance

Que tu as voulu de pleurs et de chardons ;

Je suis un géant, tu es un nain,

Je suis un enfant, tu n’es rien !

 

de Mohammed Taya, trouvé là: http://www.atramenta.net/authors/mohammed-taya/41211/publications/

(quelques petites fautes d’orthographe étaient livrées avec, Alice ne touche pas à l’œuvre)

 

Mohammed par son humanité met du baume à tous les cœurs, parole d’Alice 😉

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s