Les chiens

 

 

« Âmes fragiles livrées aux chiens avides qui forcent sans vergogne les portes mal scellées de leurs cœurs en papier. »

 

A l’affût, les chiens ont déniché leur proie et s’élancent, frénétiques, vers ce nouveau Paradis.

Les fines violettes sont piétinées… Les ont-ils même aperçues alors qu’elles disparaissaient sous leurs griffes meurtrières ?

En vainqueurs ils se débauchent dans le Plaisir, n’épargnant de profondes entailles ni la chair, ni le cœur ni les entrailles.

« Qu’avez-vous gagné cerbères repus d’extase, vos hormones folles désormais apaisées ? »

Un bien-être éphémère… Jusqu’à ce que la flamme se ravive. Où iront-ils alors ?

Derrière eux la terre est ruinée, mais en bêtes insatiables, ils reviendront y lécher les dernières traces de cyprine.

Puis ils l’abandonneront définitivement, leur passage aura rendu les champs arides pour longtemps.

Enfin, pleins de vigueur grâce à la fièvre, ils repartiront en infatigables guerriers vers de nouvelles landes fertiles et vulnérables.

 

Triste est la destruction, mais pire lorsqu’elle n’est que conséquence malheureuse de désirs égoïstes…

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s