Desertitude, de Lyselotte

 

Depuis qu’il est parti je respire petit

Même plus envie de rire

A quoi bon inspirer

Plus envie de sourire

Me reste à expirer

Mes poumons s’atrophient

Inutiles alvéoles

Où ne nait nul miel pour adoucir ma vie.

 

Depuis qu’il est parti je sors mes casseroles

Où mijotent ses mots et mes rires mélangés

Et qui donnent le soir

A l’heure des idoles

Une tisane infâme

Si âpre à avaler

 

Depuis qu’il n’est plus là cette mèche coquine

S’échappant sans répits de mon chignon serré

Est devenue serpent

Vipère assassine

Descendant vers mes seins

En crochet meurtrier

 

Depuis qu’il n’est plus là mes envies sont barrées

Au feutre à mine épaisse

Noire comme le charbon

Mon corps fane de sève

Se lave de savon

Sans ressentir ni chaud

Ni mouillé

Abstraction

 

Depuis qu’il est parti mes pieds trainent boulets

Ancrés au sol acide par des chaines cruelles.

Mes épaules se courbent et mon dos s’arrondi

Je referme mes ailes sur le creux de ma vie

 

Depuis qu’il n’est plus là

Mes rires sont factices

Mes sourires sont fêlures

Je ne suis qu’enveloppe

D’ongles

De cheveux

De peau

Je ne suis que coquille

Fendillée

Craquelure

Je ne suis que brindille

Je le sais,

 

C’est ballot…………..

 

 

de Lyselotte

 

Tiré du site Atramenta, page de Lyselotte http://www.ipagination.com/communaute/profil/lyselotte

 

Advertisements

One thought on “Desertitude, de Lyselotte

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s