Chroniques Aux folies, rue de Belleville

 

– Meskina tu es tellement jolie, pourquoi ton visage as peint ainsi?

– L’homme africain dans son sublime boubou, marche fière et altière, fume la pipe.

– Devant le café de Belleville, les chinois passent et le café ne trépasse.

– Mais où vas tu pèlerin barbu avec ton bonnet, imper et sac à dos? Tu m’as l’air perdu et à la Mecque il fait chaud.

– Les blanches branchées renouent avec le jean taille haute informe et les hommes avec le pull moutarde à reliefs…

– Sur le mur d’en face s’est amarré un chansonnier exalté. Fais des pauses, amor, le silence te sied.

 

Qu’Alice peut être mauvaise langue

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s