Réflexion sur la prostitution

Avant de lire les témoignages de l’association Le Mouvement du Nid, je pensais que certaines prostituées, même si ce n’est jamais un choix de cœur, pratiquaient leur métier de merde comme tout autre métier de merde. Je savais malgré tout qu’elles ne bénéficient pas de l’égalité des droits, ni même du respect que l’on donne d’office à celui ou celle qui travaille.

Je ne pensais évidemment pas que ces femmes là prenaient du plaisir à exercer, mais je considérais que beaucoup de personnes, hommes et femmes, étaient esclaves d’un travail de merde, et que celui-ci, pouvait en être un parmi d’autres, si la femme se respectait. Le cœur du problème en fait.

 

[Je ne rentrerai pas dans le cœur du cœur du sujet de la prostitution qui est pour moi l’embrigadement de toute une société par la pensée judéo-chrétienne qui voit le Mal dans le sexe-plaisir, cette réflexion aurait fort à jouer dans ce débat, mais je ne suis pas là pour faire une thèse, mais pour éclairer un point essentiel de la vision erronée que je me suis faite des prostituées et aussi des prostituants.]

 

Donc le cœur du problème, le respect de soi. Ce que je n’imaginais pas, avant cette lecture édifiante c’est qu’on ne « tombe » pas dans la prostitution si on se respecte. Et la prostitution vous entraîne encore plus bas, car la femme (ou l’homme) en plus d’être très fragile, est encore plus fragilisée par la violence psychologique dont font preuve la plupart des clients (prostituants).

En effet ce que je ne voulais pas voir non plus, c’est que les « consommateurs » de prostitué(e)s sont pour beaucoup des hommes névrosés, au minimum irrespectueux, malheureux ou ignorants en déni…naïfs? Un homme sain, sensé et respectueux des femmes préférera se satisfaire lui même plutôt que d’aller « baiser de la détresse ». Car c’est bien de cela qu’il s’agit, et comme l’écrit l’auteure de Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée, « Quel plaisir peuvent-ils éprouver à se pieuter avec une fille totalement inconnue, que visiblement ça dégoûte, et dont il est impossible de ne pas voir la détresse. »

Le métier de prostituée serait sûrement seulement un métier de merde* parmi tant d’autres si le sexe tarifé attirait des hommes respectueux, mais comme je le disais, ce n’est généralement pas le cas. Et même si seulement 10% des prostituants étaient des névrosés, les insultes, menaces, autres paroles et actes irrespectueux qu’ils profèrent ainsi que milieu malsain dans lequel elles évoluent suffisent largement à fragiliser lourdement une personne en détresse.

 

Aujourd’hui je suis donc pour la pénalisation des clients.

MAIS, je demande à l’Etat d’arrêter son hypocrisie et d’avoir le courage de lutter contre l’Eglise et autres lobby religieux ainsi que contre l’opinion générale.

Je demande que soit mis largement en place des campagnes d’éducation et de prévention dans les collèges-lycées à l’attention des jeunes hommes potentiellement « consommateurs » ou « victimes  en tant que prostitués » et des jeunes femmes sur les dégâts psychologiques et physiques causés par l’exercice de ce métier.

Je demande à l’Etat de faire des campagnes à l’égard des hommes et des femmes lambda sur les ravages de la prostitution, afin qu’ils prennent conscience et voient la triste et crue réalité.

Je demande à l’Etat de soutenir totalement les femmes et hommes prostitués de la pratique jusqu’à leur réinsertion afin qu’ils puissent sans sortir car le chemin est long et rude, que ce soit psychologiquement, logistiquement ou financièrement.

Je demande à l’Etat de créer des associations de prévention relais dans lesquelles des psychologues pourraient recevoir et conseillers les jeunes gens avant qu’ils franchissent le pas, et ceux pendant leur période de pratique.

 

J’ai changé d’avis grâce à ses témoignages qui m’ont ouverts les yeux, et vous qui pensiez peut-être comme moi avant de les lire, changerez peut-être aussi d’idée.

Tentez, c’est difficile à lire, mais la vérité ne tue pas.

 

 

*Beaucoup de métiers de merde se rapprochent du métier de la prostitution par le fait qu’ils ne respectent pas le corps et/ou le mental (employés d’usine et de supermarchés, certains cadres et bien d’autres)

 

 

Voici les témoignages:

http://www.mouvementdunid.org/IMG/pdf/2013rompresilence.pdf

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s